07. 1953-1962, la période africaine.

Le 15 avril 1953, un premier groupe composé de 44 Para-Commandos s’embarque à Zeebruges sur le Kamina à destination du Congo belge.

Son retour est programmé le 1 décembre 1953, ce groupe porte le titre qui sera unique de " DETACHEMENT DE RECONNAISSANCE " .

Ce détachement composé de 4 Officiers, 8 Sous-Officiers et de 32 Caporaux et Soldats va donc séjourner 6 mois à la base de Kamina dans notre ex-colonie pour y préparer l’installation des futurs détachements et expérimenter aux fins de mise au point, le programme d’entraînement élaboré pour l’Afrique.

Le 9 novembre 1953 le premier détachement important de troupes métropolitaines composé de 330 Para-Commandos (une Compagnie Parachutiste, une Compagnie Commando et un Peloton Recce) s’embarque à Anvers à son tour vers la colonie pour une durée de six mois.

Les voyages s’effectuaient alors par mer, sur le transport de troupes TNA (Transport Naval Auxiliaire) KAMINA (A.957) jusque Moanda (Congo Belge), d’où un pont aérien amenait le personnel sur la base de Kamina.

Chaque Bataillon du Régiment se rendra successivement en Afrique pour des périodes d’environ 6 mois.

Après les opérations de maintien de l’ordre et de sauvetage provoquées par les remous de l’indépendance du CONGO ainsi que du RWANDA et du BURUNDI, (1959-1962), toutes les Unités Para-Commandos rejoignent la BELGIQUE.

                                               

La C.T.M. (Coopération Technique Militaire).

En 1964, la Belgique accepte de fournir le personnel qualifié pour créer un Centre d’Entraînement Commando au Zaïre.

A partir de 1965, le Lieutenant Gaston Bebronne et une équipe d’instructeurs Para-Commandos est à pied d’œuvre. Surmontant de nombreuses difficultés, ils bâtiront à Kota-Koli un camp militaire disposant de logement, de pistes d’entraînement (cordes et obstacles), de voies d’escalade et même d’un terrain d’atterrissage pour C-130. Ils mettront au point un programme d’instruction en utilisant le site de la vallée de l’Ubangi.

A partir de 1966, l’entraînement Commando fonctionne de façon continue jusqu’en 1990, année où la Belgique cesse son aide technique militaire bau Zaïre.

Le Major Michel van Emrik sera le dernier commandant du Camp.

 

Insigne Commando Zaïrois

Retour à la page d’index